• Chorale Des Sans Nom Nancy 1
  • Chorale Des Sans Nom Nancy 2
  • Chorale Des Sans Nom Nancy 3
  • Chorale Des Sans Nom Nancy 5
    Les Sans Nom et les Mauvais Jours Finiront (Bure 2015)

8 mars 2015 - Un autre son de cloches

A la suite des actions menées lors de la journée de luttes pour les droits des femmes, la chorale des Sans Nom, a été citée sur plusieurs sites d'extrême droite et catholiques integristes comme étant à l'origine de leurs organisations. Bien que cela ne soit pas le cas, la chorale est évidement totalement solidaire du "collectif 8 mars" qui a mis sur pied cette journée de revendication.
Abandonnant les illuminés fanatiques à leurs commentaires nauséabonds et à leurs croyances mortifères, nous nous associons au communiqué ci-dessous.

Droit de réponse. Féministes : un autre son de cloches !


Communiqué du collectif 8 mars


Les féministes ayant participé à l’organisation de la manifestation du 8 mars consacrée aux droits des femmes à Nancy s’indignent de l’article publié sur le site Lor'actu le 11 mars 2015. Il y est fait mention d’insultes qui auraient été proférées par les manifestantEs à l’encontre des paroissienNEs sortant de la messe. Ces accusations seraient-elles de mauvaise foi ?

Nous nous étonnons de ne pas avoir été contactéEs par certains médias, et principalement Lor'actu qui a diffusé cette information sans aucune vérification.

Voici donc notre version des faits : l’idée de la manifestation était de rendre visibles les luttes des femmes, entre autres en rebaptisant certaines places de Nancy du nom de femmes illustres. Nous avions choisi de passer par la place Saint Epvre, que nous avons renommée « place des Femen » en hommage à ces activistes féministes pacifiques qui dénoncent régulièrement le sexisme des trois grandes religions.

Nous ré-affirmons notre critique à l’égard des institutions religieuses qui jouent un rôle central dans l’oppression des femmes à travers le monde, comme nous le montrent régulièrement certains discours de religieux ou autres manifestations contre le droit à l’IVG, ou contre l’accès aux mêmes droits pour les couples homosexuels que pour les couples hétérosexuels.

En France, les slogans anti-cléricaux font partie de l’histoire du féminisme, comme par exemple l’un de ceux que nous avions utilisés ce jour-là : « Cathos, fachos, machos, vous nous cassez le clito. Lâchez-nous la chatte et léchez-nous tranquilles ». Ils sont entonnés partout en France. On peut éventuellement comprendre qu’en sortant de la messe dominicale certains mots, certes assez crus, puissent choquer l’oreille de certaines ouailles nancéiennes. Dans l’actualité pour les droits des femmes, il y a un certain vocabulaire, et des impératifs, et tout le monde n’a pas eu la chance d’assister aux lectures des savoureux « monologues du vagin » d’Eve Ensler pour en comprendre l’enjeu.

Il est intéressant de noter que le collectif Saint Epvre Liberté-christianophobie transforme ces slogans en « insultes aux familles » et « au christ et à la vierge Marie ». Nous avons de notre côté entendu de la part de certains paroissienNEs des véritables insultes aux personnes et des propos islamophobes.

Plus grave encore à nos yeux, la mairie de Nancy aurait fait un communiqué cautionnant les accusations du dit collectif. Nous ignorions que la mairie était en mesure de confirmer des faits sur la base de témoignages d’une seule des parties. Par ailleurs, le parallèle fait avec les attentats de Charlie Hebdo nous parait indigne, indécent et inquiétant. Bien au contraire, nous avons utilisé notre liberté d’expression. Les féministes devraient-iELLEs soudain se taire en passant devant les nombreuses églises du centre ville ?

Nous n’empêchons aucunE croyantE de pratiquer sa foi. En ce 8 mars, nous occupions la rue. Alors que chacunE s’occupe de son culte.

Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche !

Salutations féministes,

Le collectif 8 mars

  ____________________________________________